Pages: [1]   Bas de page
  Envoyer ce fil  |  Imprimer  
Auteur Fil de discussion: Intolérance au gluten ou maladie cœliaque  (Lu 22142 fois)
0 Membres et 1 Invité sur ce fil de discussion.
Agnes
Administrateur
Membre Senior
*
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Femme
Messages: 427


« le: 08 Février 2010 à 20:17:29 »

L'intolérance au gluten est aussi couramment appelée maladie cœliaque. Elle correspond à des lésions de l'intestin lorsqu'il est en contact avec du gluten. L'intolérance au gluten est souvent attribuée à l'enfant mais est aussi répandue chez l'adulte.  Il est soigné par un régime strict souvent associé à un régime sans caséine (laitage animal).

Certaines études laissent à penser que faire suivre un régime sans gluten et caséine, aux autistes serait inutile et injustifié. Personnellement, je pense qu’il n'est pas possible de généraliser en la matière car tous les autistes sont différents les uns des autres et également de leurs pairs ne présentant pas de symptômes. Par contre, les autistes ayant une paroi intestinale fragile due à leur maladie, on peut penser que s’il possède un risque d’intolérance au gluten, comme tout un chacun, celle-ci sera d’autant plus élevé et les symptômes de la maladie cœliaque seront d’autant plus rapides à évoluer. Par principe de précaution, je suggère donc d’ "expérimenter" ce régime, en suivant les quelques règles ci dessous.

Le traitement de cette maladie étant comme vous pourrez le lire lié à un régime alimentaire strict, qui en règle générale, n'utilise pas de médicament, nous vous recommandons de l’utiliser de manière expérimentale un laps de temps délimité. "Expérimentale" ne veut pas dire qu’il doit être fait à la légère, ou qu’il est inefficace. Mais qu’afin d'éviter de surmédicaliser sans raison ces personnes, nous suggérons à chacun d'évaluer avec rigueur, chaque cas individuellement pendant un temps prédéfini de 4 à 6 semaines et de vous faire votre propre opinion suivant l’évolution. Au bout de ce laps de temps, à vous de juger de son efficacité et s’il peut vous être utile.
  • S’il ne fait aucun doute qu’une amélioration s’est installée, entamez le processus pour faire le régime sur un long terme (2 ans minimum)
  • Si l’amélioration ne vous semble pas assez confirmée, augmentait votre temps d’expérience à 8 à 9 semaines avant de vous prononcer.
  • Sinon, si l’expérience ne vous semble pas efficace, abandonnez la, pour le moment en tout cas. Une thérapie inopérant peut toujours être revue plus tard, ou peut être, lorsque des problèmes de développement différents surviendront et lorsque le statut métabolique ou physiologique aura changé soit en raison d'une autre intervention, soit de l'âge.

Comme vous pourrez le lire ce régime et une thérapie restrictive et très intensive et il est difficile de la justifier si des bénéfices substantiels ne sont pas mis en évidence.

Dans tous les cas, ces interventions doivent être effectuées dans le contexte d'un plan de traitement global incluant l'aspect éducatif et social. Ce type d'intervention ne peut se substituer à une éducation appropriée mais ont plutôt pour but de rendre le sujet plus réceptif au processus éducatif.

Après avoir lu ce qui suit, si vous avez besoin de conseils, vous pouvez nous contacter ou contacter les sites spécialisés sur la maladie cœliaque, mais n’oubliez pas que votre médecin reste celui qui après vous, connaît le mieux votre cas et peut le mieux vous conseiller.

----------------------------------------------------------------------

Il ne faut pas confondre l’intolérance et l’allergie car il s’agit de deux mécanismes différents. On parle d'allergie quand il y a des réactions d'hypersensibilité avec des réactions brutales du système immunitaire (boutons, malaises, rougeurs), alors que l'intolérance est une intoxication progressive. Alors que les symptômes sur une personne allergique (au sens propre du mot) est rapidement visible, cette allergie est relativement rare alors que par contre, l'intolérance au gluten est relativement répandue et peu connue.
Cette maladie toucherait 1% de la population mondiale, elle reste pourtant peu connue en France. Elle est particulièrement fréquente dans les pays du Maghreb. En Europe, l'incidence des nouveaux cas varie de 1/600 en Irlande à 1/4000 en France. Mais les services médicaux dénoncent que seulement 10 % serait diagnostiqué et donc pris en charge. 

Le gluten est en fait une protéine du blé. C'est plus particulièrement la gliadine, composante du gluten, qui est responsable des intolérances et on utilise le terme gluten de façon abusive pour nommer au sens large les éléments qui contiennent cette protéine. Ce "gluten" est présent dans de nombreux aliments. Ainsi l'avoine, le seigle et l'orge contiennent aussi du gluten. Tout aliment fabriqué à partir de ces farine en contiennent : le pain bien sûr, les gâteaux, les tartes (quiche, pizza, etc.), mais aussi les pâtes et les sauces puisque la farine (ou l'amidon) est couramment utilisée comme épaississant. Les préparations  industrielles : légumes et autres plats cuisinés, les potages industriels et toutes les farces de viandes contiennent aussi de l'amidon. La bière, le chocolat sont eux aussi à supprimer des régimes sans gluten.
Journalisée

Agnes
Administrateur du forum 
    ============>

Autisme,Autiste,Forum,Santé,AutiFAC,entourage,famille,parent,partage,aide,entraide,expérience,conseil,astuce,bénévole,éducation,alimentation,France,Afrique,
Agnes
Administrateur
Membre Senior
*
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Femme
Messages: 427


« Répondre #1 le: 08 Février 2010 à 20:19:43 »

Chez l'enfant, l'intolérance ne se révèle pas à la naissance, ni dans les premiers jours après sa naissance puisque l'alimentation est alors composée de lait maternel ou de lait infantile qui sont dépourvus de gluten. C'est quelques mois après le début de la diversification alimentaire et donc l'introduction du gluten dans l'intestin, que des troubles peuvent apparaître, mais parfois plus tard encore. Dés lors, le gluten et les lésions de l’intestin qui y sont liés sont responsables chez l'enfant d'un arrêt ou d’une mauvaise absorption de tout ou partie de son alimentation qui peut engendrer une perte de poids ou un ralentissement de sa croissance. L'introduction tardive du gluten (après 6 mois) ne semble pas diminuer la fréquence de la maladie mais en retarde les conséquences.
D’autre part, chez le nourrisson, l'intolérance au gluten est généralement associée à une intolérance aux protéines de lait de vache parce que les lactases (qui permettent la digestion du lait) sont détruites par les lésions de l'intestin dues au gluten. Il est alors nécessaire de mettre en place rapidement un régime alimentaire sans gluten pour rétablir un bon équilibre et il peut être indispensable d’ajouter des compléments alimentaires pour remédier aux carences des éléments indispensables à son bon développement qui ne sont pas assimilés par son organisme et qui permettront de réactiver sa croissance. La première étape est de rétablir les taux normaux en fer, en folates (vitamine B9), en calcium et en vitamine D.

Sans explication précise, chez les adultes, cette maladie est principalement dépistée chez la femme, et plus particulièrement chez les plus de 45 ans. Elle se manifeste le plus souvent lors de désordres digestifs sans raison apparente (pas de virus, ni de bactérie détectés), mais qui sont associés à des carences en vitamines, en minéraux et en hormones. Sans traitement, la malabsorption intestinale peut entraîner des risques d'ostéoporose précoce avec risque de fractures fréquentes, ainsi que le risque de cancers digestifs. De plus, cette maladie qui force l'organisme à fabriquer des anticorps contre lui-même (maladie dite auto-immune) peut alors voir d'autres organes attaqués comme par exemple, le foie ou la thyroïde.
Journalisée

Agnes
Administrateur du forum 
    ============>

Autisme,Autiste,Forum,Santé,AutiFAC,entourage,famille,parent,partage,aide,entraide,expérience,conseil,astuce,bénévole,éducation,alimentation,France,Afrique,
Agnes
Administrateur
Membre Senior
*
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Femme
Messages: 427


« Répondre #2 le: 08 Février 2010 à 20:23:30 »

Les symptômes de l'intolérance au gluten sont nombreux et communs à d'autres maladies, retardant généralement le diagnostic. Mais la mise en place d'un régime sans gluten n'est pas sans difficultés à mettre en place, ni sans conséquences financières, d'où l'importance de s'assurer du bon diagnostic. 

Les signes chez l’enfant peuvent être des selles abondantes, malodorantes, plus lourdes et d'aspect graisseux, des vomissements et des douleurs abdominales fréquents.
L'enfant devient apathique, sans dynamisme et ne sourit plus.
Parfois, aucun élément atypique n’apparaît si ce n'est la cassure de la courbe de poids ou de la croissance, malgré l'appétit de l'enfant. Ce symptôme entre les 6 mois et un an de l'enfant, apporte à lui seul une potentialité de cette intolérance. De plus l’enfant présente souvent des signes de carences nutritionnelles : pâleur inhabituelle, cheveux plus fins et ternes, peau sèche, fonte musculaire importante.

Chez l’adulte, l'intolérance au gluten est suspectée lors de troubles digestifs intermittents et variables qui ne passent pas à long terme. Des médicaments contre la gastro-entérite sont généralement prescrits en première intervention, sans effet. Attention, d'autres pathologies répondent à ces symptômes et peuvent être envisagées avant de suspecter cette intolérance, qui reste assez rare.
Comme chez l’enfant, les douleurs abdominales, associées à des diarrhées sont le signe de malabsorptions intestinales. Dans les formes typiques, il y a un amaigrissement général rapide (dès 3 mois) du malade avec dénutrition. Une fatigue chronique est aussi courante. Elle est due à la fois à la malabsorption et à la dénutrition.

Dans le cas de formes atypiques, certains malades ne présentent aucun symptôme digestif, mais ils sont par contre enclins aux fréquentes anémies en fer et en calcium, en raison de la moins bonne absorption intestinale des nutriments.
Ils peuvent aussi présenter d'autres symptômes comme par exemple des troubles menstruels (aménorrhée, stérilité), des avortements spontanés à répétition, des douleurs osseuses, une ostéoporose avec fractures ou non, etc.

Les personnes atteintes de diabète insulino-dépendant, de trisomie 21, de cirrhose biliaire ou ayant un parent au premier degré atteint d'intolérance au gluten sont à plus haut risque de développer une maladie cœliaque.
Journalisée

Agnes
Administrateur du forum 
    ============>

Autisme,Autiste,Forum,Santé,AutiFAC,entourage,famille,parent,partage,aide,entraide,expérience,conseil,astuce,bénévole,éducation,alimentation,France,Afrique,
Agnes
Administrateur
Membre Senior
*
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Femme
Messages: 427


« Répondre #3 le: 08 Février 2010 à 20:26:21 »

Tout le monde ne développe pas une maladie cœliaque. Il est certain qu’une prédisposition génétique permet de la développer. Mais avoir le gène ne signifie pas qu'elle se développera obligatoirement. D'autres éléments peu ou pas connus entrent en jeu dans l'apparition de la maladie. Ainsi, des études ont montré que pour 1 couple de vrais jumeaux sur 3, l'intolérance ne se développait que chez l’un des deux.
Les symptômes évoqués plus haut, peuvent aussi dénoncées plusieurs autres maladies au traitement moins lourd. Mais lorsque la suspicion d'intolérance est faite, le médecin peut demander la réalisation des tests de dépistage de l'intolérance au gluten pour établir le diagnostic.
L'organisme intolérant au gluten fabriquera des anticorps anti-gliadines qui seront détectables dans le sang. La recherche de ses anticorps ou d’anticorps anti-transglutaminase est indispensable au diagnostic avant la mise en place d'un régime adapté. De plus en plus, un bilan biologique comprenant le dosage des vitamines liposolubles (A et E) permet d’évaluer la perméabilité intestinale par la mauvaise absorption des graisses. Si ces résultats sont positifs, une biopsie intestinale par endoscopie sera réalisée afin de confirmer la maladie et d'évaluer son développement. 

 Pour les personnes ayant une prédisposition connue à développer une maladie cœliaque (diabète, trisomie 21, cirrhose biliaire, parent de 1er degré atteint d'intolérance au gluten), le diagnostic pourra être plus rapide. Mais les tests demeurent essentiels avant le début du régime.
Journalisée

Agnes
Administrateur du forum 
    ============>

Autisme,Autiste,Forum,Santé,AutiFAC,entourage,famille,parent,partage,aide,entraide,expérience,conseil,astuce,bénévole,éducation,alimentation,France,Afrique,
Agnes
Administrateur
Membre Senior
*
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Femme
Messages: 427


« Répondre #4 le: 08 Février 2010 à 20:29:37 »

Il faut savoir que l'atrophie intestinale progresse très rapidement alors que la régénération totale sous régime sans gluten nécessitera presque 2 ans.
L’amélioration de l'état général du patient (poids, taille chez l'enfant, forme générale, moral) associée à la réparation des lésions intestinales ne peut avoir lieu que plusieurs mois après la mise en place d’un régime sans gluten strict.
Mais la prise en charge majeure des intolérances au gluten passe par la mise en place d'un régime sur long terme. Après 2 années d'un régime bien conduit, on peut tenter de réintroduire le gluten en jugeant de sa tolérance par une nouvelle biopsie intestinale. La muqueuse intestinale est parfois normale mais le plus souvent, les lésions réapparaissent et le régime sans gluten doit être poursuivi à vie. Il ne faut pas se laisser abuser par la disparition des symptômes, ce signe n’est pas l’annonce que la maladie cœliaque est guérie, elle est simplement tolérée par le patient.

1 :
Les carences étant une des conséquences de la maladie il est important de faire établir périodiquement un bilan sanguin pour cerner les manques et pouvoir y remédier rapidement avant que de nouveaux symptômes s’installent. En particulier cette maladie provoquent une baisse de la masse globulaire sanguine (anémie) qui elle même provoquera des symptômes en chaîne (essoufflement lors des efforts, accélération du rythme cardiaque, fatigue, …). Il est donc primordial de stopper ces insuffisances, même si aucun symptômes n'est déjà apparus.

Un autre symptôme souvent détecté est l’ostéoporose. Les os peuvent être fortement fragilisés par la maladie, notamment quand elle est détectée chez les femmes adultes, naturellement prédisposées. L'apport en vitamine D et en calcium est donc essentiel pour renforcer la masse osseuse restante avant le rétablissement de l'équilibre du corps grâce au régime.

2 :
Le gluten étant très présent dans l'alimentation occidentale, un régime strict n'est pas toujours simple. Pourtant, le rétablissement de la muqueuse intestinale étant long (un an minimum), le régime strict doit être au moins de cette durée. La reprise de poids et de la croissance chez les enfants, est motivante pour les parents, mais particulièrement difficile à suivre pour les enfants, dans un environnement riche en tentations. Dès qu'il sait lire, il ne faut pas hésiter à expliquer à un enfant sa maladie pour qu’il repére les produits autorisés ou non. Il doit devenir autonome vis-à-vis de sa pathologie pour accepter la rigueur du régime au quotidien et refuser les tentations néfastes.

Pour les adultes ou les adolescents ayant entamé ce régime suite à une souffrance ou à des symptômes de mal-être, la disparitions de ces signes et le retour à une vie quasi-normale  grâce au régime est suffisante pour les aider à oublier les contraintes puisqu'il permet de retrouver un confort au quotidien.

Dans le cas d'une intolérance au gluten sans symptômes, il est important que le malade (enfant ou adulte) comprenne bien que sa maladie est certes inexpressive mais bien présente. Ne pas suivre de régime sans gluten c'est prendre le risque que se développent c'est prendre le risque que se développent des symptômes très graves à court, ou moyen terme (ostéoporose précoce, problèmes de foie ou de thyroïde jusqu'au cancer de l'intestin) à cause des anticorps dirigés contre l'organisme que la maladie fait fabriquer.
La grande difficulté est le choix des aliments. Il doit être rigoureux pour être sans risques. Mais c'est le seul traitement qui permet de ne plus subir les symptômes de la maladie et d'éviter les complications ultérieures.
Si le régime sans gluten est strict, il y a néanmoins de nombreux aliments autorisés et donc à consommer sans problème. Ainsi, les légumes frais ou secs sont autorisés, les fruits aussi, de même que les noix, noisettes et amandes. L'huile, le beurre et la graisse sont aussi admis, le sucre de canne et le miel aussi. Le riz, le maïs, le tapioca, la pomme de terre remplacent sans problème les pâtes et le blé. Le cacao pur ou en poudre est admis s'il porte bien la mention sans gluten.
Parmi les boissons alcoolisées seules la bière (et donc le panaché) et la vodka sont interdites. Leur fabrication nécessite la fermentation de différentes céréales dont le blé et l'orge. Le vin et les alcools forts sont autorisés (avec modération Clin d'oeil) (sauf spiritueux avec malt comme les whiskys qui sont généralement à base d'orge).
Le thé, mais aussi le café et les jus de fruits frais également.

Les aliments industriels sans gluten sont généralement plus chers que les autres mais si le diagnostic est établit le médecin peut fournir une ordonnance pour une demande de prise en charge permettant, au niveau d'un forfait mensuel, d'obtenir un remboursement partiel de ces aliments par la Sécurité sociale. Pour avoir du choix, on trouve ses aliments par correspondance sur Internet, dans les magasins de diététiques, mais de plus en plus, dans les rayons bio ou de régime des supermarchés. Il est important d'apprendre à reconnaître les produits que vous pouvez utiliser. Aujourd’hui, les industriels sont obligés de mentionner la présence ou non de gluten sur tous leurs produits transformés, mais attention, toute fois à contrôler régulièrement la liste des ingrédients qui peuvent évoluer sans crier gare.
Vous y trouverez aussi de nombreux aliments de base sans gluten, notamment de la farine, vous  permettant de vous mette à la cuisine pour fabriquer vous même vos plats avec variétés et goûts (Vous trouverez sur ce site quelques recettes ou plus bas dans cette discussion, quelques livres ou sites spécialisés, qui vous aideront à trouver plus de recettes).

Il est vrai que ce régime est difficile au quotidien et encore plus dans la vie sociale. Par exemple, il n'y a très peu de restaurants qui cuisinent sans gluten, avec un peu d’habitude vous saurez faire les choix judicieux de vos plats et n'hésiterez plus à faire enlever les sauces si elles risquent de comporter de la farine. Choqué Mais il est vrai qu’il est regrettable d’être obligé de s’expliquer face à des gens qui minimisent la situation car il ne connaissent pas cette maladie.
« Dernière édition: 08 Février 2010 à 20:31:52 par Agnes » Journalisée

Agnes
Administrateur du forum 
    ============>

Autisme,Autiste,Forum,Santé,AutiFAC,entourage,famille,parent,partage,aide,entraide,expérience,conseil,astuce,bénévole,éducation,alimentation,France,Afrique,
Agnes
Administrateur
Membre Senior
*
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Femme
Messages: 427


« Répondre #5 le: 08 Février 2010 à 20:40:39 »

Quelques sites sur le sujet :
Le site de la Société nationale française de gastro-entérologie avec des informations pour les malades et les médecins.
Le site de l'Association française des intolérants au gluten propose des recettes simples mais aussi la liste des fabricants d'aliments sans gluten.
Le site du Groupe d'étude et de recherche sur la maladie cœliaque.

Et un dernier site qui dit tout dans son nom Sans gluten et sans caséine

Quelques livres de recettes :
  • 120 recettes gourmandes pour intolérants au gluten
    Par Pénélope Le Fers-Dupac, Editions Grancher, 12 euros
  • Desserts et pains sans gluten
    Par Valérie Cupillard, Philippe Barret, Myriam Gauthier-Moreau, Editions La Plage, 25 euros
  • Vos desserts préférés sans lait ni gluten
    Par Alice Laffont, Laure Laffont, Jean Pommier, Annie Rapaport, Philippe Rapaport, Editions La Plage, 15,90 euros

Enfin, la arte des restaurants français sans gluten
…et les sushis, sans souci, ça vous dit ! Sourire
Journalisée

Agnes
Administrateur du forum 
    ============>

Autisme,Autiste,Forum,Santé,AutiFAC,entourage,famille,parent,partage,aide,entraide,expérience,conseil,astuce,bénévole,éducation,alimentation,France,Afrique,
Felicite
Adjoint Admin.
Membre Senior
*
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Femme
Messages: 125


« Répondre #6 le: 09 Février 2010 à 15:50:12 »

Je confirme l'importance d'un examen d'urine ou de sang, pour être sûr de commencer ou non un régime sans gluten.
C'est un régime très contraignant et coûteux, et il faut savoir vers quoi on s'aventure.

Ce régime, quand il est suivi de façon la plus stricte, est la plupart de temps accompagné d'un arrêt de tout ce qui est produits laitiers et de leurs dérivés, ce qui rend l'alimentation pauvre. Être privé de tout aliment contenant des laitages ou du gluten, entraîne si on ne prend pas des vraies précautions, une alimentation pauvre qui peut provoquer d'autres maladies dans l'organisme, d'où la nécessité des compléments alimentaires. Ces derniers permettent de remplacer le manque occasionné, pour l'équilibre de l'organisme. Ce sujet, nous l'abordons par manque d'informations de façon banale. Comme pour beaucoup de choses, on essaye ce régime car on a entendu "Il faut qu'un enfant autiste soit sous un régime sans gluten ni caséine". Alors le pauvre parent, soucieux d'aider son enfant se lance là dedans sans se poser trop de questions, alors que c'est un couteau à double tranchant. Sachez que si vous ne faites pas ce régime à fond, les résultats ne seront pas flagrant et l'intestin de votre enfant ne guérira pas. D'autre part, si vous décidez de le faire suivre à votre enfant, cela vous demandera plus qu'un investissement financier, mais aussi un investissement de temps et d'imagination pour agréménter et varier ses repas.
Donc, chers parents, assurez vous avant de vous lancer dans ce régime qu'il est vraiment indispensable pour vos enfants, surtout par prescription médicale et faites le accompagner des compléments alimentaires nécessaires, ce n'est qu'une suite logique.
bon courage
« Dernière édition: 09 Février 2010 à 20:47:44 par Agnes » Journalisée
mathis
Membre Complet
***
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme
Messages: 74


« Répondre #7 le: 09 Février 2010 à 20:50:51 »

http://pagesperso-orange.fr/arapi/fichiersPDF/09Afssa-Autisme.pdf

l'agence francaise de securité sanitaire des aliments

"En conclusion, les données scientifiques actuelles ne permettent pas de conclure à un effet bénéfique du régime sans gluten et sans caséine sur l’évolution de l’autisme.
Il est impossible d’affirmer que ce régime soit dépourvu de conséquence néfaste à court, moyen ou long terme.
Les arguments indirects (excès d’exorphines, peptidurie anormale, troubles digestifs associés, notamment) avancés à l’appui de ce type de régime ne sont pas étayés par des faits validés.
Il n’existe donc aucune raison d’encourager le recours à ce type de régime.
Le corps médical devrait être mieux informé de la nature des PCA utilisées dans l’autisme, afin de pouvoir aborder librement ce sujet avec les familles des enfants malades. Cela permettrait de répondre en partie à leur besoin d’information et, en cas de recours à une PCA, d’éviter qu’il ne s’effectue en dehors de toute assistance médicale (American Academy of Pediatrics, 2)"

Neanmoins, je connais des autistes que ca a bien aidé, mais ils sont resté "autistes", ca ne guerit pas, seulement, quand on a moins de troubles on progresse mieux (comme tout le monde)
Donc le regime SGSC a mon avis, doit s'envisager que s'il y a effectivement des problemes de troubles gastriques alimentaire, a la suite d'examens tres poussés, et sous suivi médical pour éviter toute carence
Journalisée
Agnes
Administrateur
Membre Senior
*
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Femme
Messages: 427


« Répondre #8 le: 09 Février 2010 à 22:08:52 »

En effet, Mathis, il n'est pas dans mon but de faire croire que ce régime guérira un autiste, ni même de laisser penser que l'absorption de gluten déclencherait l'autisme. Lèvres scellées Par contre, les autistes ont un déficit d'enzymes digestives connu et reconnu, et si un enfant autiste est prédisposé en plus à avoir une maladie cœliaque, certains troubles associés à l'autisme pourraient être en fait causés par la mauvaise assimilation du gluten.

Apathie, Hyper-activité, violence peuvent être des signes de cette mauvaise assimilation et comme le dit Mathis,
quand on a moins de troubles on progresse mieux (comme tout le monde)

Donc rien ne dit que ces signes disparaîtront complètement en suivant ce régime, mais faire le test ne vous engage à rien et si ces connaissances peuvent vous aider, nous sommes contents de vous les transmette. Sourire
Journalisée

Agnes
Administrateur du forum 
    ============>

Autisme,Autiste,Forum,Santé,AutiFAC,entourage,famille,parent,partage,aide,entraide,expérience,conseil,astuce,bénévole,éducation,alimentation,France,Afrique,
Felicite
Adjoint Admin.
Membre Senior
*
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Femme
Messages: 125


« Répondre #9 le: 10 Février 2010 à 13:07:57 »

c'est pour toutes ces raisons, qu'il est nécessaire de le faire sous prescription médicale, suivi par des spécialistes en la matière, pour éviter toute carence. Avec du recul, il ne faut jamais commencer ce régime par un coup de tête
Journalisée
zanbour
Membre Junior
**
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Femme
Messages: 22


« Répondre #10 le: 17 Avril 2010 à 21:01:11 »

Je confirme l'importance d'un examen d'urine ou de sang, pour être sûr de commencer ou non un régime sans gluten.
C'est un régime très contraignant et coûteux, et il faut savoir vers quoi on s'aventure.

Donc, chers parents, assurez vous avant de vous lancer dans ce régime qu'il est vraiment indispensable pour vos enfants, surtout par prescription médicale et faites le accompagner des compléments alimentaires nécessaires, ce n'est qu'une suite logique.
bon courage
peut on alors avec une prise de sang verifier que notre enfant est intolerant au gluten?
Journalisée
Agnes
Administrateur
Membre Senior
*
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Femme
Messages: 427


« Répondre #11 le: 17 Avril 2010 à 22:06:20 »

Je me répète, je ne suis pas médecin, mais d'après mes sources, les anticorps anti-gliadines ou anti-transglutaminases sont détectables dans le sang.
Si cette recherche se révèle positive. Un bilan biologique plus poussé se fera par la suite afin de vérifier la perméabilité intestinale.

Désolée, je me répète... mais je pense qu'il est préférable de t'adresser à ton médecin traitant pour qu'il puisse te prescrire les analyses et les explications nécessaires.
« Dernière édition: 18 Avril 2010 à 19:34:45 par Agnes » Journalisée

Agnes
Administrateur du forum 
    ============>

Autisme,Autiste,Forum,Santé,AutiFAC,entourage,famille,parent,partage,aide,entraide,expérience,conseil,astuce,bénévole,éducation,alimentation,France,Afrique,
cend
Invité
« Répondre #12 le: 18 Avril 2010 à 07:34:31 »

Je pense que tu as raison Agnès, seul un médecin peut faire quelque chose
Après si il y a pas d'intolérance je suis ok qu'il vaut mieux ne rien faire car les personnes atteintes d'autisme sont des personnes en manque de flexibilité et ils ont déjà des troubles alimentaires. Avec l'age cela ne s'arrange pas, donc mettre des aliments sélectifs et tomber la dedans revient à encourager un système de rigidité.
La vie d'une personne atteinte d'autisme est déjà bien compliquée donc ne pas en rajouter de façon inutile serait bien. Je sais que tous les NT(*) pensent qu'une personne qui mange à tous les repas et de tout, est une personne équilibrée, mais ce n'est pas le cas, loin de là, et je pense réellement que si tout le monde arrêtait de vouloir poser les codes de bonne conduite dictés par nos grand-mères, tout irait beaucoup  mieux.
Rien que de respecter le quotidien des personnes atteintes d'autisme est à mon sens la première choses à faire pour éviter d'augmenter ses troubles, le reste s'appelle l'autisme et ça reste de l'autisme... inconsciemment ou non, les TED souhaitent tous trouver la solution pour que l'autisme quitte la personne, c'est pas un jugement c'est une réalité, par observation et vécue.

(*) NT= Non TED, équivaut aux personnes dites "Normales" ou au moins non autiste.
« Dernière édition: 18 Avril 2010 à 20:08:56 par Agnes » Journalisée
Agnes
Administrateur
Membre Senior
*
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Femme
Messages: 427


« Répondre #13 le: 18 Avril 2010 à 20:35:35 »

Oui je suis consciente que notre souhait à tous (NT), ce serait de trouver le médicament ou la méthode de sortir nos proches autiste de ce handicap. Mais si nous avons monter ce forum c'est aussi parce que nous sommes conscients que cette solution à l'heure actuelle n'existe pas. Lèvres scellées

Je rappelle que ce régime alimentaire n'est pas là pour guérir mais pour palier à certains effets secondaires qui peuvent être liés à l'autisme. Comme tu le dis Cendrine, il n'est pas utile de compliquer le quotidien d'un autiste qui n'en a pas besoin.
La 1ere chose à faire est donc de se lancer dans cette démarche qu'après être sûr que cela soit utile.  Sourire
Journalisée

Agnes
Administrateur du forum 
    ============>

Autisme,Autiste,Forum,Santé,AutiFAC,entourage,famille,parent,partage,aide,entraide,expérience,conseil,astuce,bénévole,éducation,alimentation,France,Afrique,
Agnes
Administrateur
Membre Senior
*
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Femme
Messages: 427


« Répondre #14 le: 27 Septembre 2013 à 20:57:21 »

Dans ses formes les plus graves, l’intolérance au gluten peut avoir plusieurs conséquences sur la santé. Les complications les plus fréquentes sont liées à la mauvaise absorption des nutriments dans l’intestin :
  • En raison de la malabsorption des nutriments dans l’intestin survient une malnutrition. La malnutrition entraîne une fatigue, un amaigrissement, une faiblesse musculaire et de nombreuses carences.
  • En raison des dommages à la paroi intestinale, une intolérance au lactose peut survenir. Habituellement, elle disparaît quelque temps après l’adoption d’une diète sans gluten.
  • En raison de la mauvaise absorption du fer, les réserves en fer de l’organisme viennent à s’épuiser, causant une anémie.
  • La mauvaise absorption du calcium et de la vitamine D entraîne une perte de densité osseuse pouvant mener à l’ostéoporose.
  • Dans certains cas, la mauvaise absorption des nutriments dans l’intestin entraîne la présence anormale de certains déchets dans le sang, dont l’oxalate. Tandis que celui-ci est normalement éliminé dans les selles, il se retrouve en quantité excessive dans le sang et dans les reins. Cela peut causer des calculs rénaux.

D’autres complications, qui ne sont pas liées à l’atteinte intestinale, peuvent survenir en cas d’intolérance au gluten, sans que le lien soit toujours bien compris, en particulier la neuropathie (atteinte des nerfs) provoquant :
  • engourdissements dans les membres, voire des douleurs.
  • migraines,
  • crises d’épilepsie
  • ou autres troubles neurologiques...
Aucune étude n'a démontré qu'un régime sans gluten permettait de supprimer les symptômes de l'autisme. Par contre, il permettrait une meilleure concentration qui est un des points faibles des autistes.
voir aussi la discussion Autisme: le régime sans gluten et caséine testé
Journalisée

Agnes
Administrateur du forum 
    ============>

Autisme,Autiste,Forum,Santé,AutiFAC,entourage,famille,parent,partage,aide,entraide,expérience,conseil,astuce,bénévole,éducation,alimentation,France,Afrique,
Pages: [1]   Haut de page
  Envoyer ce fil  |  Imprimer  
 
Aller à:  

Forum d-échanges et d-entraides pour les autistes et familles d-autistes





Propulsé par MySQL Propulsé par PHP Ce forum protège les données personnelles en interdisant le référencement et la diffusion de ceux-ci. Ce forum protège les droits d'auteur en permettant à tout moment à un membre de signaler un contenu illicite auprès de l'hébergeur de fichier. Ce forum requiert d'avoir l'age minimum de 7 ans  XHTML 1.0 Transitionnel valide ! CSS valide !
Graphisme: Crip Google a visité dernièrement cette page 12 Décembre 2017 à 17:51:01
Créer son Forum ~ Abus ~ © smfgratuit
Basé sur: SMF © Simple Machines LLC
   Installé par Agnes          
PR:0 PageRank #0 Plus haut que 10
  
Créer son Forum ~ Abus ~ © smfgratuit