Pages: [1]   Bas de page
  Envoyer ce fil  |  Imprimer  
Auteur Fil de discussion: Point sur les recherches sur les cellules souches  (Lu 3541 fois)
0 Membres et 1 Invité sur ce fil de discussion.
Agnes
Administrateur
Membre Senior
*
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Femme
Messages: 427


« le: 13 Octobre 2009 à 19:25:55 »

La recherche sur les cellules souches est un enjeu majeur des prochaines décennies pour la médecine du XXIème siècle. Elle soulève de grands espoirs dans le domaine de la médecine et de la lutte contre les maladies qui accompagnent le vieillissement.
Il existe grossièrement 3 types de cellules souches. Celles-ci ont la possibilité de se transformer en cellules adultes pour former des tissus ou des organes pouvant remplacer ou réparer des organes défaillants (peau, cœur, pancréas, tissu cérébral, foie...).
  • Les IPS ("induced pluripotent stem") qui sont des cellules souches produites à partir de cellules humaines banales reprogrammées par thérapie génique en cellules souches, et transformées ensuite en cellules différentes suivant les organes que l'on veut régénérer. Cette utilisation a pour l’instant été freinée par le fort risque de tumeurs cancéreuses lié à la phase de reprogrammation. Toutefois, des travaux récents américains laissent entrevoir une possibilité de reprogrammer ces cellules humaines sans utiliser de vecteurs viraux et donc avec moins de risques ;
  • Les cellules souches préexistantes contenues au milieu des cellules adultes dans les différents tissus. Ces cellules ont naturellement pour fonction de remplacer les cellules dont le temps de survie est dépassé. (Exemples : Les globules rouges ne vivant que 3 mois, sont remplacées par de nouvelles cellules formées à partir des cellules souches contenues dans la moelle épinière. Dans le système digestif, des cellules souches intestinales se transforment en cellules tapissant l’intestin. Les cellules souches cutanées fabriquent la peau, d’autres des cheveux)
    Celles-ci ont par nature des possibilités de transformation limitées à quelques types de cellules mais on peut espérer à moyen terme, leur conférer un potentiel équivalent aux cellules souches embryonnaires, en les reprogrammant en particulier celles issues du sang du cordon ombilical d’un nouveau né ;
  • Les cellules souches embryonnaires prélevées directement sur un embryon de moins de 4 jours et qui sont alors totalement indifférenciées avant de se transformer en cellules adultes. L’utilisation de ces dernières, bien qu’ayant un pouvoir régénérateur maximal, est restreintes par les principes éthiques car l’utilisation de ces cellules implique la destruction de l’embryon.
Pour en savoir plus …Thérapie cellulaire et cellules souches

Dans un avenir proche (à l’horizon des 10 ans à venir), le développement de cette biotechnologie pourrait permettre de trouver une réponse radicale aux grands fléaux médicaux comme le diabète et les maladies cardio-vasculaires. Mais à l’heure actuelle, il ne s'agit pas de brûler les étapes avant la généralisation de ces nouveaux traitements, ou de minimiser les effets secondaires possibles des cellules souches, notamment des cellules IPS car leur innocuité devra être vérifiée avant leur déploiement.
En France, les recherches sur les embryons humains restent interdites. Actuellement, la loi permet que les recherches sur les cellules souches embryonnaires puissent être effectuées pour une durée une durée de 5 ans uniquement si ces recherches sont susceptibles de permettre des progrès thérapeutiques majeurs qui ne puissent pas être poursuivies par une méthode alternative comparable. Ces recherches ont donc été limitées et se sont centrées pour :
  • Faire avancer les tests jusqu’au porte des essais cliniques (tests sur l’homme) pour différentes affections telles que les greffes de peau, les greffes pour régénérer le muscle cardiaque, les greffes permettant une régénération de neurones pour des patients atteints de la maladie de Huntington, etc.
  • Faire proliférer à grande échelle, les cellules souches embryonnaires humaines pour les guider dans leur différentiation ;
  • Développer des thérapeutiques innovantes pour les dystrophies musculaires progressives ;
  • Contrôler les mécanismes immunologiques et moléculaires permettant d’obtenir une correction génique persistante dans l’organisme. Ils tentent de comprendre en vue de futures applications le ciblage chromosomique et l'évaluation des modifications génétiques induites.
Les résultats et les bilans de ces recherches prévus pour la fin de cette année pourrait permettre à la France une révision de sa loi bioéthique afin d’élargir le champ des recherches déjà effectuées et d’ouvrir de nouvelles voies.
Pour en savoir plus …les recherches du Généthon

Au niveau internationnal, des tests cliniques (test sur l’homme) auraient déjà commencés plus ou moins de façon transparente dont les suivantes :
  • Aux USA, des greffes de cellules souches embryonnaires sur une dizaine de personnes atteintes de paraplégie à la suite d'un traumatisme ayant provoqué des lésions de la moelle épinière.
  • Au Royaume-Uni, l'espoir de régénérer la moelle épinière à partir de cellules engainantes prélevées sur la muqueuse olfactive du patient est testé pour permettre la repousse des neurones dans la moelle épinière de patients paralysés. L’équipe britannique annonçait que son premier essai clinique serait conduit chez des personnes ne souffrant que de sections médullaires très localisées en espèrant retrouver l’usage complet de leurs jambes.
  • Au Brésil, puis en Allemagne, la greffe de cellules souches de moelle osseuse aurait permis de voir l’état du muscle cardiaque de patients s’améliorer spectaculairement, même si la transformation des cellules souches en cellules cardiaques n’est pas avérée.
  • En Italie, une thérapie cellulaire efficace et sûre permet de réparer des cornées endommagées par un accident (produits chimiques, …) ou une infection.  Des cellules souches limbiques sont prélevées dans l’œil sain ou une partie saine de l’œil du patient qui après s’être multipliées sont réintroduite dans l’œil touché.
  • Au Canada, des cellules musculaires immatures qui sont également qualifiées de cellules souches adultes bien que leur potentiel de transformation soit limité à un seul type de cellule, sont prélevées sur des donneurs sains et mis en culture afin de les faire se multiplier en grande quantité avant d’être greffées à des jeunes patients atteints de la dystrophie musculaire de Duchenne. Ces greffes montrent à l’heure actuelle des résultats encourageants et jamais vus dans ce type de maladies dégénératives qui jusqu’alors est considéré comme inéluctable.

Depuis ses débuts, la communauté scientifique continue à regarder d'un oeil tantôt sceptique tantôt admiratif les résultats de cette thérapie révolutionnaire. Or, depuis quelques mois, le rythme s’accélère. Car la grande crainte des effets secondaires liés à l’implantation de ces cellules semble s’estomper. Particulièrement redoutée, l’apparition de tératomes (des tumeurs incontrôlées renfermant l’ensemble des tissus humains) serait évitée, si l’on en croit les tests sur l’animal, pourvu que les cellules soient cultivées en restant sous le contrôle de facteurs de croissance bien choisis.

L’intérêt du travail sur les cellules souches adultes reprogrammés repose sur le fait que, prélevées sur un patient puis réimplantées sur le même patient, donnerait une greffe autologue supprimant les problèmes d’immuno-compatibilité. Pourtant la surprise pourrait bien venir de ce côté de la recherche française qui travaille en toute transparence sur des travaux permettant d’obtenir à partir de cellules embryonnaires humaines une grande quantité de cellules encore non différenciées, mais engagées sur une voie biologique qui les conduira à se transformer dans le type de cellules souhaitées après leur implantations.

Bref, ici comme ailleurs, beaucoup d’espoirs, mais comme vous pouvez le lire dans ce résumé, actuellement rien de sérieux ne semble en cours sur la guérison de l’autisme. Il faut comprendre qu’aujourd’hui les syndromes engendrant l’autisme restent encore bien incertains. S’il est entendu aujourd’hui que des facteurs génétiques sont en cause dans certaines formes d'autisme. Tous les gènes impliqués sont loin d'avoir été découverts. Aujourd’hui, on évalue à 28%, les cas d’autisme liés à un problème chromosomique ou génétique connu et 72% à une ou plusieurs causes encore indéterminées. Dans le cadre d'une maladie aussi complexe que l'autisme, il est indispensable pour développer des stratégies thérapeutiques que les chercheurs découvrent tous les gènes impliqués, les sous-groupes phénotypiques et de ce fait, les traitements et les prises en charge ciblés correspondant. Il me semble évidant que si on doit attendre un traitement efficace permettant de limiter les symptômes de l’autiste ou de le guérir et à fortiori pour les enfants, les recherches sur les traitements cellulaires et moléculaires paraissent une des meilleures pistes pour l’avenir.

Par conséquent, je pense qu’à l’heure actuelle, comme nous en avons parlé dans les messages précédents, il faut se méfier des soi-disant progrès qui seraient déjà là et qui ne peuvent qu’engendrer une forte espérance dans un milieu où les familles françaises sont des proies faciles étant le plus souvent mal informées et dans un grand désarroi psychologique.

Le but de notre forum et de notre association est bien entendu de relayer les informations confirmées afin de propager toutes nouvelles qui pourraient être bénéfiques à tous. Et sur ce point, je vous remercie de nous faire parvenir les éléments de données qui peuvent traverser vos routes virtuelles du net, je me chargerai de vérifier autant que possible ces nouvelles fraîches dans l’espoir de les confirmer.
Et pour ceux qui préfère se fier à des nouvelles incontestables, nous vous invitons aussi à consulter le site de la fondation Autisme, Agir et Vaincre, reconnue d'utilité publique en 2004, sous l'égide de la prestigieuse « Fondation pour la Recherche Médicale », la plus grande fondation privée de recherche en France. De plus, cette fondation est partenaire de la plus grande fondation privée de recherche sur l'autisme : la « Fondation Cure Autism Now », fondation américaine, qui a été l’institution la plus active en matière de recherche dans le monde depuis 1995, en particulier, en constituant la plus grande banque génétique sur l'autisme.
Journalisée

Agnes
Administrateur du forum 
    ============>

Autisme,Autiste,Forum,Santé,AutiFAC,entourage,famille,parent,partage,aide,entraide,expérience,conseil,astuce,bénévole,éducation,alimentation,France,Afrique,
Pages: [1]   Haut de page
  Envoyer ce fil  |  Imprimer  
 
Aller à:  

La maltraitance des enfants --- osons en parler





Propulsé par MySQL Propulsé par PHP Ce forum protège les données personnelles en interdisant le référencement et la diffusion de ceux-ci. Ce forum protège les droits d'auteur en permettant à tout moment à un membre de signaler un contenu illicite auprès de l'hébergeur de fichier. Ce forum requiert d'avoir l'age minimum de 7 ans  XHTML 1.0 Transitionnel valide ! CSS valide !
Graphisme: Crip Google a visité dernièrement cette page 12 Août 2017 à 10:41:36
Créer son Forum ~ Abus ~ © smfgratuit
Basé sur: SMF © Simple Machines LLC
   Installé par Agnes          
PR:0 PageRank #0 Plus haut que 10
  
Créer son Forum ~ Abus ~ © smfgratuit